Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/03/2018

Randonnée du SALAGOU

Récit d'un participant à la Randonnée cyclotouriste la

"Découverte du Salagou"

organisée par le Vélo Club Clermontais les 3 et 4 mars 2018

===========================

Entre rêverie et absence !

Après une semaine chaotique, le Salagou, pour une randonnée en deux épisodes, s’offre aux cyclos en deux tons.

D’abord, le soleil et la virée du samedi, vers le Mas Audran, puis Loiras, où nous allons, Noëlla et moi, nous échiner pour rallier Usclas d’Hérault au Salces. Filer vers la Rouquette pour bifurquer et se retrouver au-dessus d’Arboras, nous jeter dans le vide pour traverser le vignoble de Saint Saturnin, Jonquières, Ceyras et prendre le centre-ville de Clermont l’Hérault, pour attaquer la dernière montée de la journée avant de nous poser au point de départ. Le soleil bascule, derrière les collines qui bordent le lac du Salagou, et nous invite à revenir à son lever le lendemain matin.

IMGP1227.JPG

Comme une invitation ne se refuse pas, nous voilà au rendez-vous le dimanche matin constatant que notre hôte de la veille, nous a poser « un lapin ». C’est donc dans la grisaille que nous partons, pour contourner le Pic de Vissou, grimper Valmascle, traverser Carlencas où la neige fondante inonde les routes. Nous devrons jouer de prudence dans la bascule vers Octon (Ravito), nous hisser au-dessus des Basses, plonger vers le Puech, jouer du toboggan pour atteindre Lacoste, et nous désarticuler à travers Clermont l’Hérault par une nouvelle route dont le pourcentage vous fait déconnecter du monde réel.

Un contraste saisissant entre samedi et dimanche, mais où l’eau est omniprésente, ruisselant dans un tumulte à la fois doux et féroce.

IMGP1228.JPG  

 IMG_7934.JPG

La saucisse est là, bien grillée, servie sous les tonnelles du Campotel, où chacun déballe son pique-nique dans une ambiance chaleureuse, alors que quelques gouttes de pluies nous rappellent que mars est là. Pourquoi ne pas commencer ce mois avec ses traditionnelles giboulées ?

IMG_7956.JPG

 

IMGP1231.JPG

Pour ma part, je récupère de ma chevauchée fantastique, sans avoir de souvenirs précis des derniers hectomètres qui me permettent d’être assis sur banc avec, autour de moi, énormément de sollicitude de part et d’autre. Si bien qu’un instant je me demande ce que je fais là !  

Jérôme, égal à lui-même, ne m’a pas lâché d’une roue durant cette très belle virée, dans un paysage toujours exceptionnel recouvert, ici et là, d’un léger manteau blanc.

 

IMGP1244.JPG

 

IMGP1240.JPG

De ces images qui marquent une randonnée, il me reste le veau qui se blottit près de sa mère, les pattes dans la bouillasse, le héron posé sur une crête rocheuse scrutant de toute sa hauteur le torrent de la Lergue, le Pic de Vissou que nous voyons tout le long de la randonnée si bien que de, pause en pause, Jérôme et moi, faute de faire des bonhommes de neige, nous bâtissons des « Vissou » de neige.

Que c’était beau, mais que c’était dur !  

Pierre

récit et photos Pierre H.

Mise en page MFB

 

 

Les commentaires sont fermés.